Par ici ! Concours Voici ma famille, édition 2017

 Je participe

Le saviez-vous ?

Dire des pièces qu'elles sont sonnantes et trébuchantes était la manière de reconnaître les vraies. Une pièce sonnante est le bruit caractéristique de pièces qui s’entrechoquent (à condition de ne pas être fausses). Une pièce trébuchante est une pièce dont on a pu constater qu’elle a le poids requis après qu’elle a été « trébuchée » c’est-à-dire pesée sur une balance à trébuchet.

La fausse monnaie

Le crime à caractère économique se double, à cette époque, d’une atteinte bien plus grave à l’autorité de l’État, la lèse-majesté, punissable de la peine de mort.

 

Les principaux faux monnayeurs furent les militaires et ils ne commencèrent à être présents de façon permanente dans la colonie que vers la fin du XVIIe siècle. Les autorités coloniales, faute de numéraire, commencèrent à les payer en monnaie de carte. La contrefaçon débute en 1685, soit deux ans après l’arrivée des premières troupes de la marine. Fabriquer de la fausse monnaie était facile car l’argent sonnant et trébuchant était rare.

Pour pallier le manque de monnaie, l’intendant de Meulles eut l’idée d’utiliser des cartes à jouer blanches sur lequel il inscrivait divers montants. Elles étaient signées et cachetées. C’est ainsi que des soldats commencèrent de fabriquer de la fausse monnaie de cartes. D’autres altérèrent les ordonnances de paiement en augmentant, par exemple, une ordonnance de 6 livres à 60 livres, en ajoutant un 0 au bout du chiffre.

Avec cette fausse monnaie dans leurs poches, les soldats bernaient facilement les commerçants et les habitants. Elle était d’autant plus facile à utiliser que beaucoup d’habitants ne savaient ni lire ni écrire se laissant ainsi berner. La boisson était la principale raison qui les incitait à commettre ce délit, afin de pouvoir continuer à boire.

Les juges défendaient avec dureté le privilège royal de faire de la monnaie, et condamnaient fréquemment les faux-monnayeurs à la pendaison, au fouet, à la flétrissure*, aux galères et plus rarement au bannissement de la colonie. Quelquefois il pouvait subir la question*.

* Flétrissure : marque au fer rouge sur un condamné.

* Question: torture légale appliquée aux accusés et aux condamnés, pour leur arracher des aveux.

Source: ministère de la justice du Québec

Pascale Girard

Partenaires

BAnQ   Normandin 

Infolettre